CLUB  NATIONAL  DES  BÉCASSIERS
"Chasser le plus possible tout en tuant le moins possible " . Pierre Malbec.

cloche-site-CNB2

Les Commissions

Commission Scientifique et Techniquecom-scientif.png

 

Le Club National des bécassiers (C.N.B.) est structuré en diverses commissions dont certaines, dites Commission Technique et Scientifique, ont pour but de suivre et de vérifier l'état de conservation du cheptel bécassier qui migre et / ou hiverne en FRANCE, et de mieux connaître l'évolution des milieux, afin de les protéger,
voire de les restaurer, afin qu'ils permettent aux oiseaux nourriture et protection nécessaires à leur vie.
Ces commissions sont ainsi réparties en : Commission lecteurs d'ailes, Commission baguage, Commission biotopes, Commission scientifique.
 
 
 

Lecture des ailes : Jean-Paul Boidot.
Elle recueille, au terme de chaque saison, de 8000 à 12000 ailes, en provenance de 75 départements, et fournies par plus de 1000 correspondants.
Chaque enveloppe de lecture d'aile est accompagnée d'un certain nombre de renseignements individualisant l'échantillon :
- lieu et date de capture,
- référence du chasseur (N° de clubman)
- poids de l'oiseau,
- sexe (si possible)
Ces envois d'ailes permettent d'établir :
- l'âge-ratio des oiseaux (pourcentage des jeunes de l'échantillon récolté),
- le contrôle des Taux de Mue post-nuptiale et post-juvénile,
- les évolutions pondérales tout au long de la saison, par classe d'âge et de sexe,
- le sex-ratio (pourcentage d'oiseaux mâles de l'échantillon récolté).
Le suivi de ces différents paramètres, qui se continue depuis 15 ans, permet de contrôler les évolutions possibles et leur importance, et en cas de valeur en baisse, d'avertir les autorités concernées, afin que des mesures de gestion soient prises si nécessité.

 
 


Baguage : Pierre Launay.
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


Elle permet à des bénévoles du C.N.B. de procéder, au cours de sorties nocturnes, au baguage de bécasses afin d'essayer, à terme, de mieux connaître les directions de trajet migratoires empruntés, les sites d'hivernage et de reproduction choisis par les oiseaux.
Plusieurs centaines d'oiseaux sont ainsi bagués au cours d'une saison, et d'autres sont repris et contrôlés par les membres du C.N.B.
Outre ces baguages nocturnes, quelques baguages diurnes de poussins, hélas trop peu, sont réalisés par des membres du C.N.B.
Ces travaux sont réalisés sous la direction du réseau Bécasse de l'ONCFS et du Muséum d'Histoire Naturelle. De PARIS.

 

Après contrôles et discussions, l'ensemble de ces bilans est présenté à différents niveaux : départementaux, régionaux et national et expédié aux membres du C.N.B. ainsi qu'aux organismes cynégétiques gouvernementaux et non gouvernementaux, à la presse cynégétique généraliste et spécialisée et à des organismes scientifiques, comme Westland International.

 

5000 bécasses baguées et 700 reprises à la chasse sont déclarées chaque saison en France.
En renvoyant la bague avec les informations suivantes, date et lieu de reprise avec son code postal, aile séchée ouverte et poids, vous participerez à éclaircir les mystères de notre migratrice.
Une bécasse baguée à La Croisille sur Briance en Haute-Vienne en février 2000 a été reprise 7 ans plus tard sur la même commune, après des migrations successives. La fidélité au site d'hivernage est très marquée chez la bécasse.

 
 
 


Scientifique: Jean-Paul Boidot.
Elle a pour mission de résoudre les problèmes très spécifiques, et son rôle est celui davantage de collecteur de données, afin que le travail de recherche soit réalisé par des laboratoires hautement spécialisés.
Actuellement, un programme est en cours de réalisation sur la détermination du potentiel énergétique et du potentiel de vol chez la bécasse des bois, pour préciser la durée de fermeture de la chasse lors de vagues de froid, et surtout, la période nécessaire à une récupération après la vague de froid et la date possible de réouverture de la chasse.

 
 


 

Observatoire gel prolongé : Joël VITTET

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

En France les périodes de grand froid (dénommées ci-après Gel prolongé) se définissent par la soudaineté, l'intensité, la durée et l'ampleur géographique d'une situation météorologique anormale ou extraordinaire. Ce sont des périodes difficiles pour la faune sauvage et particulièrement pour l'avifaune migratrice (alimentation difficile et capacité d'accueil réduite). Il apparaît donc indispensable de prendre en compte les températures autant que les déplacements et les concentrations d'oiseaux.

 

La nouvelle Procédure nationale ONCFS gel prolongé de juin 2010 (Dispositif d'aide à la décision pour la suspension de la chasse en cas de gel prolongé en application de l'article R.424-3 du Code de l'Environnement) permet d'activer, dès la fin du mois de novembre de chaque année, la cellule nationale « gel prolongé », au sein de la direction des études et de la recherche (DER) de l'ONCFS. Cette cellule assurant une veille météorologique quotidienne afin d'évaluer le risque de gel prolongé à sept jours.

 

La circulaire relative aux modalités de suspension de la chasse en cas de gel prolongé de juin 2010 encourage, la mise en place de protocoles de suivis départementaux dans le cadre de démarches volontaires de divers partenaires.

 

Actuellement, en cas de gel prolongé, les organismes de tutelle de la chasse (DDT, FDC, ONCFS) disposent d'un seul outil de surveillance des populations de bécasse et de leur état physiologique. Des zones sont répertoriées sur certains départements et suivies par le Réseau Bécasse ONCFS/FDC.  Utilisés pour le baguage, ces sites font l'objet de comptages nocturnes avec une fréquence plus rapprochée en cas d'alerte.

 

Souvent renforcés par des suivis locaux sur les zones littorales, ces suivis nocturnes peuvent montrer leurs limites dans les régions intérieures (qui ne comptent pour la plus part, qu'un à deux sites officiels) car en cas de gel prolongé, la plupart des oiseaux peuvent rester en sous bois la nuit et les données ainsi obtenues peuvent s'avérer incomplètes.

 

 

Depuis 2011, le CNB par l'apport d'équipes conducteur/ chien spécialisés dans la recherche de la bécasse des bois, propose des conventions de partenariat avec les fédérations départementales de chasseurs et l’ONCFS pour la mise en œuvre de comptages périodiques au chien d'arrêt sur des remises diurnes, propices à l’accueil des bécasses en migration et en hivernage.

En 2016, ce sont 10 sections du CNB qui ont déjà mis en place, selon un protocole strict, ces suivis sur un ou deux territoires de leur département, afin de compléter, localement, les données du réseau bécasse ONCFS/FNC/FDC.

Au cours de la vague de froid de février 2012, ces suivis leurs ont permis d’évaluer le comportement et la répartition des oiseaux sur leur remise diurne et par le fait d’apporter une aide complémentaire aux instances décisionnaires (FDC, DDT, …) pour prendre des mesures de protection de l’espèce.

Afin d’étendre, le plus largement possible, ce réseau d’observation sur le territoire national, le CNB propose à ses membres de mettre en œuvre ce suivi dans leur département, sur la base du volontariat et sous forme de bénévolat conformément au protocole «comptage diurne» de l’observatoire gel prolongé du CNB.