CLUB  NATIONAL  DES  BÉCASSIERS
"Chasser le plus possible tout en tuant le moins possible " . Pierre Malbec.

cloche-site-CNB2

La Mordorée - Avril 2016

PMA bécasse, un rêve qui va devenir réalité


 

Le 24 février dernier, s’est tenu à Paris un colloque bécasse.

Après 5 ans de mise en place du PMA, la Fédération Nationale des Chasseurs avait souhaité faire un point auprès des Fédérations Départementales sur l’application du décret ministériel. Les réponses apportées furent dépouillées et elles servirent de base à l'élaboration d'un questionnaire.

Afin de recueillir les réponses à ce questionnaire, un colloque fut organisé. Etaient invités des représentants de chaque Fédération Départementale et des associations nationales de bécassiers.

Si les questions débattues dans les ateliers l'après-midi ne remettaient pas en cause les grands principes du PMA, nous pouvions craindre que certains, réticents à son application, n'en profitent pour manifester leur farouche opposition à sa mise en place. Il n'en a rien été et la tenue de ce colloque a au moins eu le mérite d'affirmer que le PMA était rentré dans les mœurs, même si, ici ou là, des résistances persistent quant à sa stricte application.

Les réponses apportées par les participants aux 5 ateliers aux 17 questions posées furent celles que nous attendions. A la fin des débats et en attendant la conclusion des travaux, une certaine satisfaction générale s'était emparée de l'ensemble des participants.

Si nous ne pouvons que nous réjouir des résultats, nous devrons rester très attentifs à la suite qui sera donnée à ce colloque. La commission du « pôle migrateurs terrestres » va maintenant s 'emparer des réponses apportées et décidera des amendements susceptibles d'être présentés au ministère. La vigilance sera de mise pour éviter une dénaturation du texte initial ne remplissant plus les objectifs fixés au départ.

Le seul article qui fait encore réellement débat est la non délivrance du carnet, la saison suivante, au chasseur qui n'aurait pas remis le sien.

Il n'est pas dans notre intention d'empêcher quiconque de chasser la bécasse. Celui qui viendra se signaler à sa fédération, qui fera « amende honorable », pourra remplir une déclaration sur l'honneur et se voir délivrer un nouveau carnet. Ceci sera, bien sûr, valable pour une année. Les récidivistes se verront sanctionnés au même titre que ceux qui ne se seront pas signalés.

Avant le colloque, 32 départements affirmaient appliquer strictement le décret ministériel. Nous savons que , depuis, d'autres ont franchi le pas. Une dynamique positive est enclenchée. Nous devons œuvrer pour qu'elle s'amplifie. Il est, maintenant, du rôle du délégué de se rapprocher de ses instances départementales pour prêcher la bonne parole.

N'oublions pas que le CNB ne peut être qu'une force de proposition auprès des Fédérations Départementales des Chasseurs. La loi existe, tout doit être fait pour qu'à terme, chacun prenne conscience de la nécessité de sa stricte application. Rien ne sert de brusquer les choses maintenant, faisons preuve de pédagogie, soyons persuasifs auprès de nos instances.

La bécasse mérite bien qu'on lui fasse des yeux doux. Ses adeptes, n'en déplaisent à certains, représentent une force dont le monde de la chasse ne saurait se passer.

Tout faire pour maintenir le 20 février comme date de fermeture, c'est travailler pour conserver un monde cynégétique fort.

A l'heure où, chaque année, nous assistons à une érosion dans nos rangs, défendre la bécasse, c'est garder l'ensemble des forces vives de la chasse.

Alors oui , au delà de nos différences, de nos divergences, demain, le PMA devra faire consensus afin que nous puissions continuer à assouvir notre passion.

Bruno MEUNIER