CLUB  NATIONAL  DES  BÉCASSIERS
"Chasser le plus possible tout en tuant le moins possible " . Pierre Malbec.

cloche-site-CNB2

Où sont-elles ?

(La Mordorée N° 33, Mai 1956)
 
Il peut  paraître excessif de s'inquiéter d'elles quand avec ce temps il y a, de par le monde, tellement de maux, de miséres et de ruines ! Mais les hommes peuvent s'entr'aider, se secourir. Mais elles ?
Où sont-elles ? L'Afrique du Nord qui aurait dû leur donner asile jusqu'en mars, si besoin, les côtes d'Espagne, l'Italie, les bords de la Méditerranée, tous ces refuges que la nature prévoyante semblait avoir échelonnés pour leur permettre des étapes de repas et de repos, tous ces havres sont envahis par la neige, le gel, la glace ! ...Les lombrics se sont enterrés pour échapper à ce froid anormal, à cette neige inhabituelle... Mais elles ! Que mangent-elles ? Où se mettent-elles à l'abri de ce temps affreux ? Comment et où résistent-elles au froid et surtout à la faim ?

Un carnassier mangera des souris, des oiseaux morts ou mourants, des lapins, des lièvres faciles à attraper grâce aux privations endurées... mais Elles ? Leur nourriture est terriblement limité, sélectionnée ! Pas de plats de remplacement.. Deux ennemis : le froid, la fatigue. Le froid est pire, qui empêche ce pauvre bec trop fin et trop fragile de pénétrer dans un sol trop durement gelé !

 
 

bec-neige2a

                                                                 (photo: Gérard Espinoux)

Alors ! En pensant, devant ce bel oeil rond, noir, si vif, qui ne montre même pas de terreur ou de haine pour cet être affreux, horrible et qui doit lui paraître, à elle, odieux... Cet être qui la tient serrée dans sa main, aile brisée, patte pendante... Alors en pensant aux souffrances épargnées à ce bel oiseau, si doux, si mystérieux, j'en arrive sans hypocrisie, à moins regretter de l'avoir arrêté dans son vol de papillon moelleux et si gracieux ; vol qui donne toujours un petit choc quand il surgit, vol qui sauve souvent la vie à ce superbe oiseau tant recherché et tant inconnu.
En regardant tomber ces 40 puis 50 centimètres de neige, je me pose, anxieux, la question : Où sont-elles ?
 

André Prud'homme, Médéa (Alger) février 1956