CLUB  NATIONAL  DES  BÉCASSIERS
"Chasser le plus possible tout en tuant le moins possible " . Pierre Malbec.

cloche-site-CNB2

Les différents types d'arrêt

Par le Dr Jean-Paul Boidot
(Président d'honneur du C.N.B)



On a vu que l’arrêt, c’est l’immobilisation du chien en présence de gibier ou de son émanation.
Suivant la race du chien, la position d’arrêt ou “pose” sera différente.

Étymologiquement, le terme “Setter” viendrait du verbe anglais “to set” c’est-à-dire poser, alors que l’anglais “to point” qui signifie pointer, indiquer, aurait donné son nom au ”Pointer”.
 

 

La perception de l’émanation et son contrôle entraînent l’immobilisation dans une position caractéristique du chien concerné : arrêt debout ou couché. Cependant, pour une même race, suivant les pays, la pose d’arrêt peut varier et être très différente : en EUROPE, le Setter Anglais arrête en position couchée, pose officiellement reconnue. Outre-Atlantique, aux U.S.A. et au CANADA, le Setter Anglais arrête en position debout, la queue dressée perpendiculairement à la ligne du dos.

Pour le pointer, l’arrêt se fait debout des deux côtés de l’Océan Atlantique, mais avec la queue redressée, perpendiculaire à la ligne du dos sur les territoires d’AMÉRIQUE DU NORD.
Il existe un style d’arrêt inhérent à la race, mais chaque individu possède sa position particulière qui le différencie de tout autre individu de sa race.arret2-01.png
Tous les Setters n’arrêtent pas en position couchée, et en fonction des circonstances, le chien peut prendre des positions d’arrêt variables.

En compétition de Field Trials, à parcours équivalent, le chien qui arrête dans le style de sa race sera le mieux noté.

On peut modifier le style d’arrêt d’un chien de façon souhaitée, comme le font les nord-américains pour le relevé de la queue des Setters anglais et des Pointers.

Dans certains cas, cela m’est arrivé, élevant des Setters et des Pointers, qu’une Pointer copie les Setters anglais et prenne, en plaine uniquement, des poses d’arrêt couché.
Cette possibilité de faire coucher un chien à l’arrêt, qui doit normalement arrêter debout, peut être la conséquence d’une mise au “down”. C’est pour cela qu’il est conseillé pour un chien qui arrête debout habituellement d’éviter le “down” et lui inculquer “l’assis” ou “au pied”.

Le Pointer, le Setter Gordon, le Setter Irlandais, le Braque Allemand, l’Épagneul breton, les griffons à poils durs, arrêtent debout. Le Setter Anglais arrête couché.

On peut encourager, initier l’arrêt, en stimulant le chien par l’exercice dit “du papillon” : à l’extrémité d’une canne à pêche ou d’une tige de bois, on accroche un nylon à l’extrémité duquel on attache un chiffon, une peluche, un paquet de plumes, que l’on fait déplacer, dandiner devant le chiot.
Ces manoeuvres éveillent la curiosité du chiot qui cherche à saisir l’objet, qu’il ne peut jamais capter.
Après de nombreuses tentatives, le chiot va se maîtriser, et au lieu de forcer ou de sauter sur le simulacre, il s’approchera doucement et finalement s’arrêtera pour examiner cette “proie artificielle” et jugera du moment opportun pour sauter dessus. C’est à ce moment-là qu’il faut le “soutenir”, l’aider par une friandise à ce qu’il évite le bond nécessaire à la capture.

L’arrêt ou la “pose d’arrêt” est un acte réflexe simple qui doit, en principe, indiquer la présence d’un gibier dans un périmètre assez restreint.
Diverses situations peuvent se présenter lors d’un arrêt.

Absence de gibier.
Arrêt sur place chaude.
Le chien prend une pose d’arrêt normale alors que le gibier est déjà parti : ici, le chien arrête la voie de contact et les restes de la voie aérienne.
L’arrêt place chaude”, encore appelé “arrêt en blanc” est condamnable. ARKWRIGHT parle même d’un péché mortel :
« Marquer de faux arrêts et arrêter des alouettes sont deux graves défauts, et je n'ai jamais vu de chiens se corriger de ces déplorables habitudes une fois qu'ils les avaient contractées ».

Présence de gibier.
Cas de l’arrêt à vue.
Il est déclenché par la vue d’un gibier et non par un contrôle olfactif. Dans cette situation, le chien adopte une position d’arrêt avec un port de tête altier, sans concentration. On dira que cet arrêt correspond à un immobilisme d’étonnement, avec bien souvent oubli du style spécifique à la race.

Cas de l’arrêt habituel, mais en style atypique.arret2-02.png
Deux variantes existent :
Arrêt non-stylé “mou” : le chien reste immobile, sans tension, sans passion, semblant manifester peu d’intérêt pour l’émanation directe.
Arrêt non-stylé “tonique” : c’est le cas d’un Setter anglais qui prend la pose d’arrêt debout ou d’un Pointer qui s’accroupit ou se couche lors de sa pose d’arrêt. Le chien est tendu, sa respiration est modifiée : il pipe l’air, parfois bave ; il semble prêt à se précipiter sur la proie.

Cas de l’arrêt volé ou arrêt glissé :
Lorsque deux ou plusieurs chiens chassent ensemble, l’un d’eux, qui a décelé une émanation directe se met à l’arrêt : un autre chien arrive, s’approche du chien à l’arrêt, perçoit à son tour l’émanation directe, la remonte pour se placer devant le chien qui a arrêté le premier et qui n’a pas bougé. Cela se constate souvent sur des chiens habitués à chasser seuls avec leur maître. Il y a refus du patron.