CLUB  NATIONAL  DES  BÉCASSIERS
"Chasser le plus possible tout en tuant le moins possible " . Pierre Malbec.

cloche-site-CNB2

La Bécasse et le froid

Dans le cas de la bécasse, le protocole « vague de froid » s’appuie sur des recensements nocturnes et des captures dans des sites de références. Dans les départements littoraux, 25 sites côtiers ont été définis et associés à un site localisé à environ 30 kilomètres de la côte (figure 1). A l’intérieur du pays, 20 sites uniques complètent le dispositif.

Sur tous ces sites une récolte de données (nombre d’oiseaux présents, poids moyen des oiseaux) est installée en routine de décembre à mi-février. Les recensements ont lieu pendant environ 2 heures le long d’un circuit identique à chaque visite. Les oiseaux capturés sont pesés. Ces opérations ont lieu toutes les 15 nuits.

Lorsque l’alerte « vague de froid «  est déclenchée, le rythme passe à une sortie toutes les 3 nuits. Le protocole général se déroule alors avec un bulletin d’information tous les 3 jours.

 

 

Un exemple : janvier 2009jcb

 
















L’automne-hiver 2008-2009 est l’exemple le plus récent d’activation du protocole « vague de froid » en France.

A partir de la mi-décembre 2008, les températures se sont maintenues en permanence à des niveaux assez bas par rapport aux normales saisonnières, sans toutefois entraîner un gel du sol persistant. Autour de Noël, un premier coup de froid assez bref a saisi le territoire national. Puis, le 2 janvier, un froid vif s’est installé et s’est maintenu jusqu’au 10 janvier dans toute la moitié nord du pays.

Le protocole « vague de froid » a été activé le 5 janvier et deux bulletins d’informations ont été publiés les 8 et 14 janvier préconisant, pour le premier, la suspension de la chasse, et, pour le second, le maintien de cette suspension dans l’attente que les oiseaux retrouvent un état physiologique normal.

Cette vague de froid est survenue dans un contexte plutôt favorable sur le plan des effectifs de bécasses : les indices d’abondance de novembre et décembre étaient plus élevés que la moyenne de même que la proportion de jeunes, les oiseaux étant localisés essentiellement dans la moitié nord. Le coup de froid a fait glisser les bécasses vers le Sud-Ouest de la France, et un partie importante d’entre elles ont quitté notre pays pour rejoindre le nord de l’Espagne.

Dans l’ensemble, les recommandations ont été bien suivies. Les suspensions de chasse ont été amorcées les 5-6 janvier et au cœur de cette vague de froid, la quasi-totalité des départements concernés avaient suspendu la chasse.

Cet exemple montre que le protocole « vague de froid » remplit son rôle et conforte les préfets dans leurs décisions. La mise en place de PMA dans une majorité de départements touchés par ce froid a sans doute limité les prélèvements excessifs de bécasses, ce qui est l’objectif premier d’une telle disposition.