CLUB  NATIONAL  DES  BÉCASSIERS
"Chasser le plus possible tout en tuant le moins possible " . Pierre Malbec.

cloche-site-CNB2

12 balises Argos de 9,5 grammes



L’étude des migrations des oiseaux a longtemps reposé uniquement sur le baguage.
De nouveaux outils sont apparus ces dernières années, notamment les balises Argos dont le degré de miniaturisation actuel permet d’équiper des oiseaux de la taille de la bécasse des bois. C’est donc 12 balises Argos de 9,5 g, alimentées en énergie par des panneaux solaires, qui ont été posées sur des bécasses en février 2015 dans trois départements français : l’Ille-et-Vilaine, les Landes et l’Ardèche représentant des habitats d’hivernage variés. Quatre oiseaux ont été équipés dans chacun de ces sites.

Ce projet vise à répondre à plusieurs questions relatives à l’origine géographique des oiseaux hivernant en France, à leurs trajets migratoires (durée, tracé), à la localisation des haltes ainsi que leur nombre et leur durée, à la fidélité interannuelle des bécasses aux sites d’hivernage et de reproduction. Les balises émettent un signal pendant 10 heures puis entrent « en sommeil » pendant 48 heures afin que les batteries se rechargent.

Plusieurs partenaires sont associés à ce projet. L’ONCFS et le Club National des Bécassiers (CNB) en assurent le financement à parts égales. La capture des oiseaux a été réalisée grâce aux bagueurs du Réseau Bécasse ONCFS/FNC/FDC qui, outre les professionnels de ces organisations, comptent aussi des bagueurs bénévoles (CNB). Sur le site breton, un appui important a été apporté par le Conseil général de l’Ille-et-Vilaine, propriétaire de la forêt incluant le site de capture. En Ardèche, la logistique a été facilitée grâce à la mise à disposition d’un territoire privé. Dans les Landes, le Centre d’essais des Landes (CEL) et l’ONF nous ont autorisés à capturer les oiseaux dans l’enceinte du terrain militaire.

Les oiseaux équipés devraient amorcer leur migration au cours du mois de mars et gagner leurs sites de reproduction du Nord ou de l’Est de l’Europe, voire la Sibérie centrale pour les migratrices au long cours.